Sédentaires (2)

Publié le par Paddygenéalo

Mon post "Sédentaires" a provoqué quelques commentaires, ici mais surtout sur Twitter, qui m'ont donné envie d'aller plus loin sur cette idée. Après avoir l'autre jour constaté que mes ancêtres ont pour la plupart vécu là où ils étaient nés, je me suis dit qu'il pouvait être intéressant de regarder ce qu'il est advenu de leurs descendants, pas seulement donc parmi mes ancêtres, au fil des générations.

J'avais, presque au début de mon activité généalogique, choisi de tracer la descendance d'un lointain ancêtre nommé Melchior Groulez, sans doute à la fois à cause de son prénom et de son métier de brasseur. Je suis cette fois reparti de son arrière-grand-père Jehan Groulez, qui est le plus ancien des Groulez dont j'ai la trace. Cependant, comme mon propos était d'étudier sa descendance, j'ai préféré m'appuyer sur un arbre publié sur geneanet qui est plus complet que le mien (1).

Je ne sais évidemment pas grand chose de Jehan Groulez et de Philippine Durez (mes sosas 3584 et 3585), pas même quand et où ils sont nés. Tout juste ai-je retenu un "né vers 1630" pour tous les deux: c'est à la génération suivante, celle de leurs enfants, que commencent les registres de Marchiennes où est aussi née ma grand-mère, leur descendante. Oui, tous les Groulez qui sont mes ancêtres sont nés, ont vécu et sont morts à Marchiennes, exceptée ma grand-mère et son père, mon arrière-grand-père Achille Groulez dont je sais, grâce à sa fiche matricule, qu'il s'est somme toute pas mal déplacé comme le montre l'extrait ci dessous (tiens, ça pourrait faire l'objet d'un autre post).

Sédentaires (2)

Donc, revenons aux Groulez...Les miens sont restés à Marchiennes, mais qu'en est il de leurs cousins? Pour 46% d'entre eux, on peut dire la même chose. Ensuite, ils ont fait comme beaucoup de leurs contemporains en migrant vers la ville: Lille mais aussi Paris.

Sédentaires (2)

Même si la vue par ville de naissance indique ce que cela donne, une vue par région n'est pas inutile.

Sédentaires (2)

Ainsi, les Groulez de Marchiennes y sont pour la plupart restés et ne sont le plus souvent pas allé bien loin. Pour les autres, ils n'ont guère fait preuve d'originalité en se déplaçant vers la région parisienne (même si je figure moi aussi dans cette masse des 78% la génération suivante rejoint les 7% et il est certain que cette catégorie grossira dans le futur). On notera que ces parts sont plus ou moins justes si on considère d'une part que l'exhaustivité de la descendance est loin d'être parfaite mais aussi et surtout qu'elle s'arrête à peu près aux naissances de la première moitié du XXè siècle, les autres n'était pas publiées en ligne.

Cette remarque amène à regarder une autre vue, celle de la répartition au cours du temps. J'ai classé les descendants de mes lointains ancêtres Groulez par siècle de naissance: c'est assez grossier mais suffisant pour montrer ce qui se passe.

Sédentaires (2)

Bien sûr, le XXè siècle doit être regardé avec prudence, en raison des réserves citées plus haut mais la tendance est sans aucun doute la réalité: plus le temps passe, et plus les descendants des Groulez s'éloignent de la ville de Jehan Groulez et Philippine Durez.

A ce stade, j'en suis venu à me demander si l'exemple des Groulez est représentatif. En effet, Marchiennes n'est pas un village mais était, déjà à l'époque dont je suis parti, le XVIIè siècle, une ville certes secondaire mais tout de même assez importante, siège d'une abbaye qui fut longtemps le centre de toute son activité. Marchiennes fut, jusqu'à la réorganisation de 2014, chef-lieu de son canton.

C'est pourquoi j'ai regardé ce que cela donne avec d'autres ancêtres, à peu près contemporains du couple Groulez-Durez. Encore une fois, j'avais connaissance d'une ressource plus riche que mes propres données même si cette fois ma parenté avec chaque personne citée est facile à trouver puisque c'est dans l'arbre construit par ma soeur que j'ai été chercher ces informations. Elle s'est en effet intéressée à la descendance de nos ancêtres Jacques Bernard, né vers 1636 et Barbe Dusart, née vers 1635 (sosa 1536 et 1537). Comme il s'agit de l'origine des Bernard (notre grand-père) de la branche batelière, je me suis dit qu'on allait arriver à une plus grande diversité géographique. Je savais par exemple que notre grand-père est né dans l'Aisne, à Chauny et que son père, notre arrière-grand-père donc, Clotère Charlemagne, est lui né en 1869 à Pontoise, pour tous les deux bien entendu au hasard, plus ou moins guidé, des voyages du bateau de leurs parents.

Pour les Bernard, le point de départ est Nivelle, pas si loin que cela de Marchiennes: comme je l'ai déjà dit, tous mes ancêtres du Nord viennnent d'une zone géographique assez restreinte. Il y a, selon Mappy, 16,5km par la route entre les deux communes, un peu plus par la voie fluviale de la Scarpe qui a sans aucun doute été fréquentée par les descendants de ces ancêtres Bernard.

Voici les graphiques correspondants à ceux présentés plus haut pour cette branche là:

Sédentaires (2)

C'est donc beaucoup plus éclaté que pour la descendance Groulez, à première vue du moins car si on s'intéresse à un regroupement par régions, ce serait plutôt l'inverse!

Sédentaires (2)

En fait, si les Bernard, dont beaucoup sont bateliers, semblent se disperser, ils le font surtout en des lieux proches de Nivelle (et même à Marchiennes... même si, sauf erreur, les deux descendances ne s'y croisent pas).

Là aussi, la répartition dans le temps apporte un nouvel éclairage.

Sédentaires (2)

Bien sûr, il faut apporter aux données du XXè siècle les mêmes réserves que pour la descendance Groulez. A vrai dire, on a ici un mélange entre les sédentaires, cultivateurs, et les bateliers qui, à partir du XIXè siècle vont naître (et mourir...) un peu partout le long des rivières et canaux, du Nord mais aussi plus loin sur le canal de St Quentin, l'Oise et la Seine.

J'aurais voulu faire la même étude avec d'autres ancêtres, notamment ceux de l'Oise que je soupçonne d'avoir été encore plus sédentaires et ceux du Gers. Mais les données dont je dispose, même en allant consulter d'autres arbres sur geneanet, ne le permettent pas. J'ai quelques pistes pour ceux de Bitry (Oise) mais cela demandera un peu de travail. Quant au Gers, il faudra attendre que je déménage à Castéra-Verduzan, ce qui a peu de chance de se produire ou que les archives départementales du Gers proposent un état civil en ligne, ce qui finira bien par arriver.

A suivre donc.

NB: quelques informations affichées ici, par exemple les Groulez de Flandres, ne sont volontairement pas développées pour éviter une dispersion.

(1) Pas de lien direct vers cette ressource en attendant l'avis de l'auteur de cet arbre

Publié dans Généalogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article