Le Sequana n'a pas tout livré

Publié le par Paddygenéalo

Il y a quelques mois, j'avais fait part ici de la création par l'ONAC de quelques fiches pour des disparus du Séquana introuvables sur Mémoire des Hommes.

C'était sans compter sur les résultats de l'indexation systématique des poilus originaires du Burkina. En ce moment, j'en suis aux soldats réputés nés en 1889. Et ce matin, j'ai vu apparaître une fiche non encore indexée portant un nom familier à la rubrique "lieu de décès": le Séquana, torpillé au large de La Rochelle le 8 juin 1917.

Le Sequana n'a pas tout livré

Mais comment a-t-il pu m'échapper (et aussi échapper aux experts de l'ONAC)? Le jugement de Bordeaux indique un "Koulobé Niambéougo", les deux noms ne sont pas si différents

Le Sequana n'a pas tout livré

A vrai dire, j'ai tendance à penser que la trancription du jugement de Bordeaux est plus conforme à la réalité. Le "Niamboueogo" de la fiche ne sonne pas tellement juste, et je préfère de loin le "Niambéougo" du jugement même si une transcription moderne opterait sans doute pour un "Niambéogo".

Comment ai-je fait pour ne pas penser à rechercher un "Konlobé"? Mais enfin, voilà, il est retrouvé. Et peut-être un jour trouverai-je l'un ou l'autre de ceux que je n'avais pu identfier et pour lesquels l'ONAC a créé des fiches.

Une autre différence existe entre la fiche et le jugement: la date de naissance. Selon la fiche, il serait né en 1889 alors que le jusgement le fait naître en 1899. On ne peut avoir de preuve dans un sens ou dans l'autre mais j'aurais tendance à penser que le jugement a été établi à partir de documents fournis par l'armée et qu'il faut donc retenir 1899.

Tout cela a été transmis au webmaster de Mémoire des Hommes.

Publié dans Le Séquana, 14-18

Commenter cet article