"D" comme Douai

Publié le par Paddygenéalo

J'ai déjà dit comment mon arbre généalogique avait commencé: les archives en lignes de la ville de Douai avant celles du département du Nord. Ces archives locales sont une source extraordinaire d'information, y compris en dehors des recherches généalogiques à proprement parler.

Je ne prendrai qu'un exemple: enfant, j'ai habité rue de la massue. Le nom est assez surprenant si on y pense, pourquoi associer une voie de passage et cet instrument contondant. Eh bien d'abord, ce n'est pas "massue" mais "Massue", avec une majuscule. Voici ce que l'on peut lire sur le site douaisien: "Cette rue a pris son nom du moulin dit de la Massue situé près de la Petite-Place et de la brasserie à l'enseigne du même nom (8C13, n°4, 1971)"

A propos de la Petite Place, Marie Cagenon, alias Mme Gayant, s'y est arrêtée juillet 2000 (et tous les ans.. sous le soleil)

A propos de la Petite Place, Marie Cagenon, alias Mme Gayant, s'y est arrêtée juillet 2000 (et tous les ans.. sous le soleil)

A vrai dire, mon arbre généalogique n'arrive à Douai qu'au XXè siècle même si beaucoup de mes ancêtres ont vécu très près. J'ai fait le compte: 3 naissances (mon grand-père, mon père et moi) et 7 décès (le même grand-père, 4 bisaïeuls, une trisaïeule et un quadrisaïeul). Cela ne fait pas beaucoup. Il est probable que bien d'autres parmi mes ancêtres qui ont vécu dans le voisinage soient passés par Douai. On y trouve quelques mariages, mes parents, et mes grand-parents maternels qui pourtant n'y sont pas nés et ensuite il faut plonger loin dans le temps et remonter à la génération 9 (selon la norme habituelle qui fait de la racine la génération 1 quand je préfère partir de zéro).

En 1699, Charles Briffault (sosa 496), d'Auberchicourt épouse Marie Louise Mannin (sosa 497) en l'église Saint Jacques. Non pas l'édifice actuel mais celui qui se trouvait à l'emplacement de ce qui est aujourd'hui la place Carnot. Pour ceux qui ne sont pas du cru, la ville de Douai comptait avant la Révolution un grand nombre d'églises.

"D" comme Douai

L'autre mariage trouvé à Douai se situe deux générations plus loin encore. Pierre Cliquet (sosa 2004) et Jeanne Desmaretz (sosa 2005) sont unis en l'église Notre -Dame (celle là est toujours debout malgrè les bombardements) en 1699.

"D" comme Douai

J'ai donc fort peu d'ancêtres dans la ville où je suis né. En revanche, la quasi totalité des ancêtres de trois de mes grand-parents a vécu à proximité, du moins aussi loin que puisse me faire remonter les documents disponibles.

Sans doute est-ce bien peu pour un article, mais, je l'ai déjà écrit ici, je fais ce que je veux...

Publié dans ChallengeAZ

Commenter cet article

Séverine 04/06/2016 13:10

Bonjour,
je suis née à Douai et j'ai vécu 15 ans à Auberchicourt !
peut être cousinons nous, qui sait?
à bientôt
Séverine

Paddygenéalo 04/06/2016 13:50

Tout est possible... J'ai aussi des ancêtres à Auberchicourt et Aniche (je suis cousin avec Kopierre!)