"F" comme Fabritius

Publié le par Paddygenéalo

Anno domini millesimo septimgentesimo quadragesimo primo; die septimas septembris obut Stephanus Fabrisius Maria Catharina Deronne maritus anno natus circiter quinquagenta, erat natione germanus, sacramentis munitus et in caemeterio sepultus.(1)

Après un long débat avec moi-même, j'ai décidé de ne pas traduire. Selon moi, c'est lisible même si on est étranger aux déclinason latines (Rosa, rosa, rosam...). A vos Gaffiot...

Il s'agit là d'une transcription de l'acte de sépulture de mon lointain ancêtre Stephan Fabritius, décédé à Maulde (59) le 7 septembre 1741.

"F" comme Fabritius

L'élément remarquable de cet acte est la mention "erat natione germanus". Etait-il donc allemand? Au sens moderne, probablement pas, encore que tout soit possible. A l'occasion de ce post, j'ai de nouveau regardé l'acte de mariage: il n'y est pas fait mention des origines du marié (ou alors je le lis mal.. et tant mieux si on me contredit).

C'est qu'à l'occasion de ce post, j'ai à nouveau regardé les actes, avec un oeil bien plus aguerri qu'à l'époque où je les ai découverts. Lors du mariage, il est écrit, coincé entre deux lignes "viduam josephi bodry" (veuve de Joseph Bodry). En effet, une nouvelle recherche m'a proposé un registre que je n'avais pas repéré(2) lors de mes recherches initiales: j'y apprends que Marie Catherine Deronne, veuve Bodry, veuve Fabritius est décédée à Maulde en 1772.

"F" comme Fabritius

Cette nouvelle découverte ne m'apprend rien sur Stephan Fabritius. Faute de mieux, j'ai cherché les Fabricius (avec les variantes) sur Geneanet: on en trouve en Lorraine, en Allemagne, aux Pays-Bas. Tout cela, à l'époque, peut justifier le "erat natione germanus" mais pour l'instant, je n'ai pas trouvé de trace écrite du mien.

Mon ancêtre était-il donc lorrain? Maulde est à la frontière belge, telle qu'elle a été fixée au XIXè siècle, c'est donc la dernière localité française sur le cours de l'Escaut, juste après le confluent de la Scarpe. Faut-il alors chercher ses origines en aval du fleuve, en Flandres?

J'ai bien peur que cela reste une question sans réponse.

Notes:

  1. Je n'ai pas résisté au plaisir de blogger en latin...
  2. Et c'est loin d'être le seul endroit où un second, voire troisième ou plus, passage permet d'améliorer la connaissance de ces lointains ancêtres

Publié dans ChallengeAZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 07/06/2016 07:40

J'ai une partie de ma branche originaire du Hainaut français et belge, et c'est bien le latin qui me bloque lorsque je passe la frontière! Va falloir s'y mettre!
Bravo pour cet article!

Paddygenéalo 07/06/2016 08:09

Peut-être fréquentez vous le forum geneachtimi ? Vous y trouverez de bonnes âmes, par ailleurs éminent(e)s latinistes qui vous aideront avec plaisir