"G" comme Gers

Publié le par Paddygenéalo

Le département du Gers est l'un des derniers(1) à ne pas avoir mis en ligne ses registres paroissiaux et d'état civil. Il a certainement de très bonnes raisons pour cela, même si les registres matricules et surtout les recensements sont accessibles en ligne. Ces derniers m'ont permis d'identifier les grands-parents de mon propre arrière-grand-père mais pour eux, je n'ai que des noms et des dates approximatives, déduites des âges indiqués.

Ainsi, c'est une branche de mon arbre généalogique qui est presque manquante: alors que dans le Nord, y compris pour les bateliers, ou dans l'Oise une dizaine de générations d'ancêtres sont facilement accessibles, je ne peux dépasser le XIXè dans le Gers.

Faut-il aller à Auch? Faut-il aller à Salt Lake City? Sans doute une visite aux archives départementales, ou alors dans l'Utah, me permettrait-elle d'avancer un peu. Bien sûr il y a aussi la solution consistant à payer sa dîme à l'une ou l'autre des associations généalogiques qui se sont procuré les microfilms... Je n’ai rien contre les associations, j’ai moi-même été membre de bureau dans d’autres domaines mais je suis passablement agacé par le comportement mercantile de certains, qui est à l’opposé de l’esprit associatif. Mais passons…

Après tout, j’ai suffisamment à faire pour nettoyer mon arbre, compléter les références et mieux documenter ce que j’ai, dans le Nord, dans l’Oise et quelques autres lieux où le public a facilement accès à l’information.

Pour tout dire, je ne demande pas grand chose: qu'on nous dise si ces registres seront un jour en ligne et si oui, quand.

Mais enfin, il fallait bien, à la lettre « G », pousser un petit coup de Gueule…

 

 

  1. On me fait remarquer que quelques départements sont singulièrement en retard: il s'agit de la plupart de ceux de d'outre-mer. Et ça tombe bien, l'actualité nous parle d'une loi sur l'égalité des territoires...Le lobby des généalogistes ultramarins va-t-il s'en emparer?

Publié dans ChallengeAZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article