"J" comme Journal d'un curé de campagne

Publié le par Paddygenéalo

Il ne s'agit évidemment pas ici de citer Bernanos. Non, mon curé est un vrai curé qui fut de chair et d'os et surtout accompagna quelques un de mes ancêtres, les baptisant, les mariant et enfin les conduisant au cimetière.

J'ai déjà évoqué ici même le journal tenu par Alexandre Dubois, curé de Rumegies de 1686 à 1739, à propos du "gros hiver", celui de 1709.

L'une des particularités de ce journal est d'avoir été tenu au sein même des registres destinées à recevoir les actes divers établis par le curé. C'est ainsi que non seulement il nous est parvenu mais il est accessible directement en ligne aux Archives Départementales du Nord. C'est aussi comme ça que nous autres petits généalogistes amateurs ayant des ancêtres dans ce qui était alors l'évêché de Tournai, avons appris son existence. Certes, c'est assez difficile à lire, comme tous les documents manuscrits de cette époque mais c'est une source précieuse d'information sur la vie quotidienne dans le Hainaut au XVIIIè siècle.

 

Exemple du journal aux AD Nord

Exemple du journal aux AD Nord

Il couvre les années 1686 à 1739. Sous réserve d'inventaire (et de nouvelles découvertes), le curé de Rumegies Alexandre Dubois a baptisé 10 de mes ancêtres, en a marié 18 (9 couples) et enfin conduit 15 au cimetière. Et même pour 6 d'entre eux, il les a mariés après les avoir baptisés. Rien d'étonnant puisqu'il a officié un demi siècle! Il me plait de penser que ce curé janséniste a influencé ses ouailles et que, qui sait, c'est un peu grâce à lui si le bateau où est né mon grand-père s'appelait "Liberté". Mais là, on sort de la généalogie, et de quoi que ce soit de raisonné. Parmi ses dites ouailles, j'ai trouvé à la fois des ancêtres de ma grand-mère paternelle et d'autres de mon grand-père maternel sans que, bizarrement, les deux lignées ne se croisent pendant plus de deux siècles. On peut même dire qu'elles se sont éloignées, bien que restant dans une zone géographique assez restreinte limitée à des localités situées aujourd'hui dans les arrondissements de Douai et de Valenciennes, mais qui furent autrefois réparties entre les diocèses de Cambrai, Arras et Tournai. On comprendra donc mon intérêt pour ce journal qui, outre qu'il est un document historique indiscutable, relate des évènements qu'ont connus au moins une bonne quinzaine de mes ancêtres.

De larges extraits sont disponibles sur Google Books et permettent de se faire une idée de ce que peut apprendre la lecture des notes du curé. Il a aussi (et surtout) été intégralement transcrit, et présenté, par Henri Platelle dont les travaux ont été republiés en 2008 aux Editions du Septemtrion(1).

"J" comme Journal d'un curé de campagne
  1. Journal d'un curé de campagne au XVIIème siècle : aux éditions Septentrion, 2008 La dernière fois que j'ai vérifié, la FNAC affichait "1 exemplaire en stock" alors évidemement avec la publicité que je vais leur faire, ça va vite être épuisé...Il y a aussi un exemplaire chez Amazon..

Publié dans ChallengeAZ

Commenter cet article