"P" comme Pierrefonds

Publié le par Paddygenéalo

L’Oise encore, me dira-t-on... Oui, en effet, il s’agit bien de la même branche. Ma plus récente ancêtre née à Pierrefonds y a vu le jour le 8 janvier 1767 ce qui fait d’elle une contemporaine de François Joseph Groulez, de Marchiennes et fils de Melchior le brasseur évoqué l’autre jour. La probabilité que Marie Anne Bonnard et lui partageassent(1) des descendants était infinitésimale.

Elle se marie à Bitry le 24 janvier 1792 avec Pierre Guérin : c’est sa trace dans le registre qui m’a envoyé à Pierrefonds, lieu dont le nom ne m’était pas inconnu(2). Effectivement, la distance entre les deux localités n’est que d’une dizaine de kilomètres, ce qui même à l’époque n’était pas insurmontable. D’autant que le père de la mariée n’est pas présent mais a enregistré son consentement devant notaire. La mère de la mariée est décédée depuis longtemps, et c’est même son grand-père maternel qui a été sollicité pour le consentement. L’acte ne dit rien des professions des futurs époux(3), il n’est pas interdit d’émettre l’hypothèse que la fiancée, orpheline de mère, avait été placée dans un village voisin, mais ce n’est évidemment qu’une supposition que les mots de l’acte de mariage ne peuvent confirmer.

"P" comme Pierrefonds

Donc, c’est acquis, j’ai des ancêtres dans un lieu relativement célèbre et où je suis allé voilà près d’un demi-siècle. Mais était-il si célèbre de leur vivant ? Certainement pas ! Au début du règne de LouisXIII, pendant la régence de Marie de Médicis, il était la propriété d’une famille noble, les d’Estrées(4) qui avait rejoint le parti du prince de Condé. Les troupes envoyées par Richelieu prennent la place et la destruction pure et simple est décidée. Détruire un château fort avec les moyens de l’époque n’était pas une mince affaire. A tel point que plus d’un siècle plus tard, à la Révolution, il en reste assez pour qu’il soit vendu comme Bien National, probablement pour servir de carrière comme beaucoup d’autres édifices ayant subi le même sort. Son exploitation n’a pas dû être bien bonne et il est racheté par Napoléon 1er. La ruine devient ensuite suffisamment connue pour servir à la fois de lieu de réception sous Louis-Philippe et de modèle à Jean-Baptiste Corot(5). Mais c’était bien une ruine.

Le château tel qu'on pu le connaitre mes ancêtres ( By Eugène Viollet-le-Duc (Description du château de Pierrefonds) [Public domain], via Wikimedia Commons)

Le château tel qu'on pu le connaitre mes ancêtres ( By Eugène Viollet-le-Duc (Description du château de Pierrefonds) [Public domain], via Wikimedia Commons)

C’est évidemment Violet-le-Duc qui entrepris, sur commande de Napoléon III, la restauration et donna au château l’aspect que nous lui connaissons. Evidemment, d’un strict point de vue historique, les choix de l’époque sont discutables : on a plutôt reconstruit un château-fort moderne que restauré l’ancien. Cela étant, après tant d’années, je conserve le souvenir d’avoir été très impressionné par l’épaisseur des murs, qui, à la réflexion étaient peut-être d’origine, lorsque j'ai, il y a donc fort longtemps, visité le lieu avec mes jeunes camarades sans imaginier un instant qu'il avait été fréquenté par certains de mes ancêtres.

Le château tel qu'on pu le connaitre mes ancêtres ( Jean-Baptiste-Camille Corot [Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons)

Le château tel qu'on pu le connaitre mes ancêtres ( Jean-Baptiste-Camille Corot [Public domain or Public domain], via Wikimedia Commons)

  1. Sponsorisé par le Comité de Défense de l’Imparfait du Subjonctif
  2. J’ai quitté l’école primaire en 1968 et à cause des fameux évènements, ce n’est qu’en 1969 que nous avons fait un voyage de « fin d’études primaires » dont le point d’orgue fut la visite du château de Pierrrefonds, du moins pour nous car avec le recul je pense que pour nos maîtres, la clairière de Rethondes était autrement importante.
  3. J’y reviendrai un autre jour !
  4. Oui, c’est bien la famille de Gabrielle d’Estrée, chère au « bon roi Henri »
  5. Le même Corot dont l’œuvre la plus connue, du moins de mon subjectif point de vue, est une représentation du beffroi de Douai.
Le château tel qu'on pu le connaitre mes ancêtres (By Patrick.charpiat (scan from old document) [Public domain], via Wikimedia Commons)

Le château tel qu'on pu le connaitre mes ancêtres (By Patrick.charpiat (scan from old document) [Public domain], via Wikimedia Commons)

Publié dans ChallengeAZ

Commenter cet article