"W" comme Watteau

Publié le par Paddygenéalo

"W" comme Watteau

On finit tous par trouver un cousin plus ou moins célèbre et aussi plus ou moins lointain. En ce qui me concerne, je n’y pensais même pas. Quand je suis tombé, dans ma branche batelière sur des Watteau (et des Wateau bien entendu), bateliers et même plus précisément bateliers de Condé remontant au XVIIIè siècle, j’ai trouvé amusante l’homonymie avec le peintre qui a donné son nom, entre autres, au lycée de Valenciennes(1). Mais des Watteau, écrit d'une façon ou d'un autre, ça ne manque pas tellement dans la région, sans oublier les Watiaux...

Jean Antoine Watteau(2) est né à Valenciennes le 10 octobre 1684 et il est décédé à Nogent sur Marne le 18 juillet 1721. Il est le fils de Philippe Watteau, né et décédé à Valenciennes (1660-1720), qui est lui-même le frère de Noël Watteau, mon sosa 1738. C’est donc ancien mais relativement proche en parenté, surtout si l’on considère que le peintre n’a pas de descendance connue.

Bien sûr, quand on en est à la 11è génération comme pour mon ancêtre Noël Watteau, les risques de s’être trompé dans les embranchements de l’arbre généalogique ne sont pas tout à fait négligeables. Mais aujourd’hui, j’admettrai que la remontée s’est bien faite. Reste donc à vérifier que ce Noël est bien le frère de Philippe, père du peintre. Alors par où commençons nous ? Allons y par le peintre : de lui, je n’ai trouvé que l’acte de naissance.

"W" comme Watteau

On y voit qu’il est le fils de Philippe et de Michelle Lardenois. Il faut donc déjà retrouver ce Philippe(3) dont l’acte de baptême

"W" comme Watteau

devra être comparé à celui de mon ancêtre Noël

"W" comme Watteau

Comme le ChallengeAZ est l’occasion de compléter et vérifier certaines données, j’ai regardé combien de frères et sœurs de Noël Watteau m’étaient connus : j’en ai trouvé neuf dont Philippe, le père du peintre dont le métier est couvreur de tuiles. A supposer(4) que chacun de ces frères ait eu trois enfants ayant eux même trois enfants, on arrive à un nombre astronomique de « cousins » aujourd’hui. En effet, si on est aux environs du sosa 1000 (soit 10 générations) on a en développant l’hypothèse précédente un nombre bien plus grand de descendants, de l’ordre de 60000(5). Juste pour rire, si on avait 10 enfants à chaque générations qui tous atteignent l’âge adulte et ont eux-mêmes dix enfants, cela ferait 1010=10 milliards. Juste pour rire. Et plus sérieusement pour rappeler qu’il y a forcément des implexes et aussi, jusqu’à une époque récente la fatalité de la mort en bas âge.

Nous serons donc fort modestes avec nos cousins certes fort célèbres mais aussi fort partagés.

Le Pierrot (autrfois connu comme Gilles) Antoine Watteau [Public domain], via Wikimedia Commons

Le Pierrot (autrfois connu comme Gilles) Antoine Watteau [Public domain], via Wikimedia Commons

  1. Et aussi à nombre de rues et autres… Juste pour rappeler que ce n’est pas une célébrité de raccroc mais un authentique maître dont les œuvres sont exposées, entre autres, au Louvre.
  2. Un de ses neveux, qui m’est donc lui aussi apparenté, fut également peintre mais son succès n’égale pas celui de son oncle.
  3. En réalité, c’est dans l’autre sens que j’ai retrouvé les actes.
  4. J’ai déjà évoqué de calcul sur un autre post, de manière générale
  5. Car 210= 1024 pour ceux qui seraient fâchés avec les maths et 310= 59049 mais en allant à peine plus loin, avec 4 enfants par générations on a 410= 1048576. Et pour ceux qui sont plus que fâchés, 210= 2x2x2x2x2x2x2x2x2x2 .

Publié dans ChallengeAZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article