Cuincy 14-18

Publié le par Paddygenéalo

Avec Cuincy, je me rends en terre connue. Je n'y ai pas d'ancêtres mais j'y suis allé si souvent autrefois(1) que c'est un peu plus chez moi que la plupart des autres communes du douaisis dont je passe en revue les enfants tombés au cours de la Grande Guerre.

Je connais même le maire... Enfin, connaître est un mot un peu fort puisque le temps a passé et repoussé les matches de basket de notre jeunesse dans un souvenir toujours plus lointain.

Le monument compte 54 noms (dont 7 victimes civiles, deux soldats décédés après la fin de la guerre et absents de Mémoire des Hommes et un qui en est absent mais devrait y figurer(2)), le Livre d'Or 39 et 34 sont communs. En effet, comme pour d'autres communes, des noms figurent au monument mais sur d'autres livres d'or.

Au nombre des éléments notables, il convient de citer la mort de deux femmes et d'une enfant, répertoriées comme victimes civiles. Mais leurs actes de décès, dressés pendant la guerre, ne précisent pas les circonstances de leur mort: la chronologie laisse deviner un funeste destin. Le 6 juillet 1917, Hélène Warin, âgée de 9 ans, meurt à Cuincy, rue du calvaire. Elle est la fille d'Emile Warin qui figure sur la liste des soldats Morts pour la France de Cuincy(3) et d'Evelina Silvin. Cette dernière meurt le 9 juillet à Douai. Avec elle disparaît également Jeanne Noé. Le décès des deux femmes est enregistré à Douai et il est indiqué le même lieu: 77 rue du Canteleu(4).

Je n'ai pas trouvé de référence à ces évènements sur internet, ils sont peut-être évoqués dans un ouvrage de 1963(5). Bien sûr, en tenant compte du fait que leurs noms figurent sur le monument de Cuincy, on peut supposer que la petite fille a été tuée, délibérément ou accidentellement, par des soldats allemands et que la mère, peut-être venue crier sa douleur et demander justice, a subi, avec l'amie qui l'accompagnait, la justice expéditive de l'occupant.

On l'ignore souvent dans les autres régions, mais cette première occupation, celle de 14-18, a été très dure pour les populations civiles. Ce n'est pas pour rien qu'en 1940, on a "évacué".

Cet événement tragique étant évoqué, passons à autre chose...

Certaines informations que l'on peut collecter sont aussi intéressantes. J'ai signalé dans le précédent post de la série, celui de Lewarde, que j'ajoutais dorénavant, quand il est disponible, le métier des soldats. On dispose pour cela de deux sources: la fiche matricule et parfois une mention dans l'acte de décès. Malheureusement, pour l'arrondissement de Douai, la fiche matricule est souvent perdue et ainsi, l'information est manquante pour nombre de soldats.

Dans le cas présent, elle est absente pour environ un tiers des soldats, ce qui n'est somme toute pas si mal. Les cuincynois modernes seront peut-être surpris de constater qu'au début du XXè siècle leur commune était peuplée de maçons!

Métier Nombre
Inconnu (6) 16
Maçon 13
Journalier 9
Mineur 4
Menuisier 2
Ménagère 2
Cultivateur 2
Journalier agricole 1
Chaudronnier 1
Ouvrier agricole 1
Peintre 1
Employé de banque 1
Etudiant 1
Enfant 1
Monteur de jacquards 1
Ouvrier mineur 1
Boucher 1
Marbrier 1
Vue ancienne du Monument (Source Lille3)

Vue ancienne du Monument (Source Lille3)

Pour en savoir plus:

Liste des personnes :

  1. cf mon post sur l'école annexe et M Montois
  2. demande d'ajout en cours
  3. la rédaction des actes laisse penser que le décès d'Emile Warin n'était pas connu au moment de celui de sa fille puis de sa femme
  4. la numérotation des adresses a changé, le 77 devait se situer vers la porte de Valenciennes dans la mesure où, en 1956, l'hôpital général (hospice) était au numéro 48 (je fais l'hypothèse que le sens des numéros n'a pas changé)
  5. "Fernand Demeulenaere. L'Histoire de Douai et des environs: de 1914 à 1918, la mobilisation, l'invasion, l'occupation, l'exode de septembre 1918, la libération". La couverture de l'ouvrage donne une idée des destructions (et du miracle que constitue la "survie" de notre cher vieux beffroi). Présent dans l'inventaire de la BNF.
  6. Le métier est inconnu lorsque la fiche matricule est perdue (remplacée par le feuillet de contrôle) et que l'information n'est pas présente dans l'acte de décès. Pour quelques uns des soldats, il a été possible de l'ajouter en consultant leur acte de mariage.
  7. Cet Amand Shricke est le seul trouvé, cependant son lien éventuel avec Cuincy reste à démontrer. Note de février 2017: de nouvelles recherches montrent qu'il s'agit probablement d'un autre, celui du monument serait décédé bien après la fin de la guerre. Un nouveau post parle.
Couverture du livre cité en (5) sur Amazon.fr

Couverture du livre cité en (5) sur Amazon.fr

Publié dans 14-18

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BRUZAC 08/10/2016 17:39

Intéressant également!