Recouper, toujours recouper

Publié le par Paddygenéalo

En généalogie, on apprend à croiser les informations. A vrai dire, c’est un rappel car on nous l’a appris à l’école, du moins c’est ce qu’on faisait autrefois. Alors pour l’indexation, je croise… Quand c’est possible et surtout quand une information paraît incertaine.

C’est le cas avec la fiche d’Alexandre Debrabant, qui nous dit que ce lieutenant(1) est décédé à la ferme « Les étangs » sans plus de précision. En général, le bon réflexe est d’aller consulter le JMO qui précise souvent la position de l’unité à la date que l’on recherche. Seulement là, ça ne colle pas : le JMO du 234è RI ne propose rien qui ressemble de près ou de loin à cette indication : ni ferme, ni étang et plus fort encore pour tous les jours voisins du 18 juillet 1918, date du décès, pas de pertes. Etrange…

Fiche matricule d'Alexandre Debrabant

Fiche matricule d'Alexandre Debrabant

Cette fois, j’ai regardé ce que dit MémorialGenWeb pour les soldats de la même unité décédés à peu près à la même date. Pas grand-chose, ça ne va pas aider…

Alors que faire ? Eh bien commencer par mieux regarder les documents que l’on a déjà sous les yeux ! Et d’abord le livre d’or :

Extrait du livre d'or de Féchain

Extrait du livre d'or de Féchain

Dans la colonne « unité » et grade, il est bien écrit 234è RI et sous lieutenant, mais à y mieux regarder on voit qu’une autre mention a été barrée. Dans un premier temps, je n’y avais pas prêté attention : des informations raturées sur une page de livre d’or, ce n’est pas si rare alors pourquoi a priori s’intéresser à celles-là ?

En fait, ce qui me les a fait vraiment remarquer, c’est la lecture de l’acte de décès, transcrit à Féchain le 31 décembre 1921, soit assez tardivement.

Acte de décès tel que transcrit à Féchain

Acte de décès tel que transcrit à Féchain

Or l’acte commence par citer ses sources, ce qui n’est pas si courant. On dirait bien qu’un acte de décès a été trouvé, plus ou moins par hasard aux archives du ministère de la guerre et qu’ainsi on a pu dresser ce fameux acte. Il apparait donc qu’un registre d’état-civil indique que le lieutenant Debrabant Alexandre est décédé le 18 juillet 1918 et que ce registre était tenu par le 500è régiment d’artillerie d’assaut, 5è bataillon de chars légers, 301è compagnie.

Pas de chance, pas de 500è RAA dans l’index des JMO de Mémoire des Hommes. Alors que faire ? Eh bien regarder un peu mieux la mention barrée du livre d’or, et la déchiffrer en « 502è Art Aut » ce qui doit correspondre au 502è régiment d’artillerie d’assaut de Mémoire des Hommes. En effet, à la date du 18 juillet 1918, on y lit que le lieutenant Debrabant participe aux opérations dans un secteur nommé « bois E.F. les Etangs ». Il faut aller à la page suivante pour apprendre que l’unité a subi des pertes et parmi elles Alexandre Debrabant.

Compte tenu des informations présentes dans les différents documents, je proposerais de situer le décès à Montmort-Lucy, où existe aujourd'hui une "ferme des 4 étangs", département de la Marne (les documents militaires portent l’indication « Marne »). En tout état de cause, à moins de trouver une carte d'état-major de l'époque indiquant la ferme "les étangs" citée au JMO, il paraît difficile d'être certain du lieu exact. En revanche, on est dans le secteur.

Carte du secteur avec les lieux indiqués au JMO

  1. Grade de sous lieutenant t t c'est à dire "à titre temporaire"

Publié dans 14-18

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article