Lambres-lez-Douai 14-18

Publié le par Paddygenéalo

Avec Lambres, je me sentais en terrain de connaissance: pendant des années, c'est en effet cette commune que je voyais de la fenêtre le matin. Mais en bon douaisien, je dois avouer que je connais mal Lambres et, même si certains noms m'ont semblé plus familiers, cette indexation ne fut pas sans surprises.

D'abord, il y a le nombre exceptionnellement élevé de victimes civiles: 17! La plupart appartenait à une même famille, les Courmont (et Wocquier et Razemon) qui avaient peut-être trouvé refuge à Eth, dans l'avesnois, où ils furent pris au piège des combats. Encore une fois, la consultation de l'ouvrage " L'Histoire de Douai et des environs: de 1914 à 1918" (1) déjà cité pour Cuincy serait sans doute précieuse, il est malheureusement introuvable et seuls des extraits sont disponibles en ligne.

Ce lourd tribut de la population civile est à rapprocher de celui de 1944, quand un bombardement allié fit plusieurs dizaines de victimes à Lambres, probablement atteinte par erreur à la suite d'une confusion entre une usine sucrière et la raffinerie de pétole de Courchelettes.

L'autre caractéristique semble être l'âge plutôt élevé des soldats de Lambres, avec beaucoup de classes de la fin du XIXè siècle, alors que les classes les plus touchées furent en général plutôt celles qui précédaient de peu le début des hostilités. Cela est peut-être dû au fait que peu de ces soldats étaient natifs de Lambres, ce qui traduit sans doute que la commune, encore rurale, était déjà une banlieue de Douai, gagnée par les jardins et la culture vivrière que ne fournissaient plus les villages gagnés par l'industrialisation et la mine(2).

Le tableau des métiers montre bien une structure rurale, tout en laissant penser que Lambres, déjà, était aussi un lieu de résidence pour des gens qui travaillaient à Douai.

Lambres-lez-Douai 14-18
Le monument (source Lille-3)

Le monument (source Lille-3)

Pour en savoir plus:

Liste des personnes :

  1. "Fernand Demeulenaere. L'Histoire de Douai et des environs: de 1914 à 1918, la mobilisation, l'invasion, l'occupation, l'exode de septembre 1918, la libération". La couverture de l'ouvrage donne une idée des destructions (et du miracle que constitue la "survie" de notre cher vieux beffroi). Présent dans l'inventaire de la BNF.
  2. Il s'agit là d'hypothèses, non vérifiées.

Publié dans 14-18

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article