Trouvaille

Publié le par Paddygenéalo

Je l’ai déjà évoqué : découvrir les actes d’état-civil des bateliers n’est jamais simple, ce sont encore les mariages qui sont le moins difficiles à retrouver car ils avaient souvent lieu dans la localité d’origine et domicile légal de la famille. Trouver ces actes permet de remonter aux naissances. Mais pour les décès, il faut souvent compter sur la chance et la persévérance.

Alors quand un de ces actes surgit, c’est un peu la fête. Même quand on ne le trouve pas soi-même. Celui-ci, c’est ma sœur(1) qui est tombée dessus, en épluchant les registres d’Andrésy. Cette commune se trouve sur la Seine, juste en aval du confluent de l’Oise, en face de Conflans. Autant dire un point de passage pour les bateliers du Nord, qui en cette année 1914 naviguaient bien au-delà des rivières et canaux de leur région d’origine.  

Ce décès, c’est celui de Benoît Bernard, fils de Benoît et Angélique Gavelle, père de Clotère Charlemagne, et grand-père de Lyonnel, mon propre grand-père. Pour beaucoup de généalogistes, ce serait un ancêtre fort proche dont il n’y a plus grand-chose à apprendre. Mais pas quand on a des ancêtres bateliers !

Clotère Charlemagne, mon arrière-grand-père donc, est né à deux pas, ou plutôt deux méandres(1), de là, à Pontoise, en 1869, ce qui indique bien que ces bateliers du Nord naviguaient sur la Seine dès le milieu du XIXè siècle. Certains habiteront Rouen pendant la guerre, ce qui vaudra à mon grand-père de figurer au recrutement de Rouen, classe 1919 et d’avoir été mobilisé en 1918 au 36è RI.

Trouvaille

Cette acte est finalement assez riche, et ouvre de nouvelles voies de recherche :

  1. Le défunt est dit veuf de Rosine Raviart : en effet, nous ne connaissons pas, pas encore, la date et le lieu de décès de notre trisaïeule mais grâce à cet acte, on a une petite chance d’y arriver
  2. Le témoin est Clotaire Bernard, fils du défunt, âgé de 44 ans. Malgré la graphie différente du prénom, il s’agit bien de Clotère et ça me renforce dans l’idée que les Clotaire de la famille ont à voir avec Clotère
  3. Il est décédé sur son bateau, ce qui est assez courant, mais ce bateau était baptisé « Lyonnel » comme mon grand-père (et moi puisque c’est aussi mon second prénom).
  4. Si Benoît, le défunt, est dit domicilié à Condé, son fils l’est quant à lui à Chauny, qui n’était donc pas qu’un simple lieu de passage quand mon grand-père y est né(2) sur le bateau « Liberté » en 1899.

Et c’est déjà pas mal pour quelques lignes dans un registre…

Notes:

  1. Je l'ai déjà écrit ici, en matière de batellerie, c'est elle l'experte et du coup, nos arbres qui seraient identiques si nous recopions tout se complètent (dans le cas présent, j'ai bien sûr aussitôt complété!)
  2. Deux méandres de l'Oise, en effet
  3. Fils de bateliers, né sur un bateau, il était parfois qualifié comme étant « de nulle part »… Il est vrai que même si le domicile légal de la famille était Chauny, il n’a pas dû y passer beaucoup de temps.

Publié dans Généalogie

Commenter cet article