B comme Blanchart

Publié le par Paddygenéalo

J’avais déjà un « B » comme initiale du nom de famille pour mon « A », et j’en aurai d’autres plus tard qui seront évoqués. Aujourd’hui, j’évoquerai les Blanchart. Bien sûr, j’aurais pu m’arrêter à celui qui fut mon plus proche parent mais j’ai préféré élargir un peu pour toucher de plus près ce qui fut sans doute le sort de la plupart des familles. Ils sont quatre, mais comment être sûr de ne pas en oublier.. Quatre descendants de Pierre Joseph Blanchart, paveur né à Blaton (Belgique, province du Hainaut) en 1794 et décédé à Bernissart (Belgique aussi) en 1874, mon ancêtre à la 6è génération, c’est à dire l’arrière-grand-père de ma propre arrière-grand-mère Berthe Blanchart.

Ils sont donc quatre :

  1. Arthur Blanchard(1), né le 31 août 1884 à Thivencelle, tué le 5 avril 1915 aux Islettes (Meuse). Sa fiche matricule, comme beaucoup à Valenciennes, est perdue. Caporal au 4è RI. Il était cousin issu de germains de Berthe Blanchart

  2. Florent Blanchart, né le 16 août 1884 à Auby, tué le 6 octobre 1915 à Souain (Marne). Sergent au 233 RI. « Sous officier très brave, tombé à la tête de ses hommes sur les réseaux de fil de fer lors de l’assaut du 6 octobre à la ferme Navarin » selon une mention faite sur sa fiche matricule. Il était cousin germain de Berthe Blanchart. On notera qu’il est résident à Vladicaucase au moment du recrutement (1904). Ce lieu, fort éloigné, abritait une petite colonie française et belge comme en témoignent plusieurs arbres sur Genanet, peut-être liée à une implantation d’une filiale d’une industrie, ce qui est cohérent avec sa profession d’ajusteur mécanicien (selon fiche matricule). J’ai déjà évoqué Florent Blanchart lors d’un post daté du 6 octobre 2015, qui reprend quelques documents notamment issus du JMO du 233 RI.

  3. Jean-Baptiste Blanchart, né le 4 novembre 1885, disparu le 27 mars 1915 aux Eparges(Meuse), et réputé tué à cette date selon un jugement rendu à Douai le 11 mars 1921. Il était soldat au 25è Bataillon de Chasseurs à Pied. Dans le civil, il était journalier et comme Florent, c’est un cousin germain de Berthe Blanchart. Fiche matricule et fiche Mémoire des Hommes sont accessibles en ligne.

  4. Fernand Georges Blanchart, né le 11 avril 1887 à Flines-les-Râches, mort à Lille le 4 janvier 1920. Il figure au monument aux morts de Rosendaël(2) mais il n’existe pas de fiche à son nom sur Mémoire des Hommes. Comme sa fiche matricule (avec presque toutes celles de la classe 1907 de Valenciennes-Douai) est perdue, c’est un document concernant sa succession, conservé aux AD Nord, qui permet de savoir qu’il est décédé à l’hôpital militaire de Lille et qu’il était sous-lieutenant au 151 régiment d’artillerie. Ces informations figurent néanmoins aussi sur l’acte de décès et sa transcription à Rosendaël qui laissent penser qu’il est plutôt décédé dans une annexe de l’hôpital. Son cas était-il trop grave pour qu’il puisse être rendu à sa famille ? Je note que son frère Adolphe, dont je reparlerai dans ce Challenge AZ, fut le déclarant du décès, avec aussi un soldat infirmier.

B comme Blanchart
  1. Les actes d’état civil le concernant utilisent la graphie Blanchard, sauf lors de son mariage où on trouve en marge un « d » transformé en « t »
  2. La commune de Rosendaël a été intégrée à Dunkerque

Publié dans ChallengeAZ, 14-18, Généalogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article