Nomain 14-18

Publié le par Paddygenéalo

Parmi les 83 victimes de la guerre à Nomain (78 noms au monument, 51 au livre d'or), on trouve bien sûr des soldats tués un peu partout sur les fronts, y compris un en Vénétie ce qui est assez peu courant. Mais ce qui frappe est le nombre plutôt important de victimes civiles(1) , au début mais aussi à la fin de la guerre, c'est à dire quand les combats sont passés là.

Un cas ne peut être oublié: celui de quatre civils de Nomain jugés et fusillés par les allemands à Tournai le 31 octobre 1917 pour avoir utilisé des pigeons voyageurs dans le but d'envoyer des informations sur les territoires occupés aux armées alliées. Il s'agit de: Henri Caignet, Georgina Danel, Flore Lacroix et George Rémy. On pourra trouver plus d'information sur la résistance à l'occupant durant la première guerre mondiale dans un ouvrage de P. Nivet La France occupée 1914-1918 dont des extraits sont disponibles en ligne.

En ce qui concerne les métiers, sans surprise, on peut constater que Nomain, à la veille de la Grande Guerre, était une localité encore très marquée par le monde agricole. Cependant, on trouve aussi de nombreux métiers liés à une situation suburbaine, comme comptable, ouvrier et même un mineur.

Nomain 14-18
Nomain 14-18

Pour en savoir plus:

Liste des personnes :

  1. Pour les victimes civiles, la documentation manque souvent car pour certains, aucun acte ne peut être retrouvé dans l'état civil de Nomain
  2. Le relevé du monument porte "ANDIDEN" mais une déduction effectuée par ma soeur permet de penser qu'il s'agit bien de Daniel Andioen qui a des neveux nés à Nomain. La fiche MdH est au nom de AUdioen (classique confusion U et N) mais l'état civil de Steene dit Audioen

Publié dans 14-18

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article