F comme Faidherbe

Publié le par Paddygenéalo

Il en va des « F » comme des «E »… Raymond Faidherbe est un cousin issu d’issu de germain de ma grand-mère, mais cette fois il s’agit de ma branche maternelle. D’ailleurs, s’il appartenait à la même génération que ma grand-mère par rapport à leurs ancêtres communs Charles François Delval (1742-1825) et Marie Anne Joseph Taisne (1749-1811), il avait trente cinq ans de plus qu’ellle et était donc bien plus contemporain de mon arrière-grand-mère née en 1874 car il était né en 1877 à Ecaillon. Il n’est pas impossible que des liens aient été conservés avec la branche dont je suis issu: l’un des frères de Raymond, Edmond se marie à Auberchicourt en 1898 alors que mon arrière-grand-mère est née à Aniche(1). Mais il ne s’agit là que de supputations, que l’on peut modérer en se rappelant qu’Ecaillon est aussi voisine d’Auberchicourt…

S’il n’était pas mort, ce 21 février 1916 à l’hôpital d’évacuation n°6 de Baleycourt, dans la Meuse, il est probable qu’il serait, au mieux, un nom parmi beaucoup d’autres dans les branches collatérales de mon arbre généalogique, lesquelles sont parfois fort dégarnies…

Pourtant, son cas illustre aussi les difficultés rencontrées par l’administration pour dresser tant d’actes de décès. Le sien le dit d’abord célibataire, puis il est rectifié pour indiquer qu’il laisse une veuve. Il faut dire que la mention en marge de son acte de naissance n’est guère facile à lire et qu’il faut insister pour comprendre qu’il s’était marié, à Ecaillon, le 29 novembre 1902 avec Florentine Guillaume. Le couple aura trois enfants, Raymond Florent, né en 1903, puis Florent Florimond, né en 1904 et enfin Jean Baptiste Constantin en 1907. Pas d’autre enfant né à Ecaillon(2) et on peut penser que la famille y est restée puisque non seulement le décès du père, Raymond, y est transcrit mais le mariage des deux premiers fils y est aussi célébré.

En marge des actes de naissance des trois enfants, on trouve une note indiquant qu’ils ont été déclarés pupille de la Nation.

F comme Faidherbe

Quant à Raymond Faidherbe, mort pour la France le 21 février 1916, je ne sais pas grand-chose de lui. Les différents actes d’état civil le concernant, tout comme sa fiche matricule, établissent sans aucun doute qu’il était mineur. La mine, forcément… Ceux qui dans les générations précédentes étaient « journaliers » sont devenus mineurs, même si quelques exceptions montrent que l’école publique, laïque et obligatoire, a parfois changé des destins. Sa sépulture n’est pas répertoriée dans les cimetières de Verdun, son corps a probablement été transféré après la guerre, à Ecaillon sans doute où étaient toujours établis sa veuve, qui décédera à Bailleul(3) en 1957, et ses enfants..

1.      Communes voisines

2.      D’autres Faidherbe naissent à Ecaillon à la même époque, mais pas de la même fratrie

3.      Je n’ai pas véritablement creusé les circonstances de ce décès à Bailleul.

Publié dans 14-18, ChallengeAZ, Généalogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article