K comme zillebeKe

Publié le par Paddygenéalo

Oui, je triche encore, mais j’ai un mot d’excuse : j’avais pensé à Zillebeke pour la lettre « Z », ce qui est tout de même plus logique. Et puis je me suis aperçu que je ne pouvais pas, Challenge AZ ou pas, ignorer le centenaire du naufrage du Séquana, et là j’étais coincé au 8 juin. Exit les Groulez… Sauf que ce n’était pas pensable. Donc, je dévoile ma lettre « Z ». Pas de chance, j’en avais une. Mais pas de « K ». Et voilà pourquoi j’en suis à « K » comme zillebeKe.

De nos jours, Zillebeke n’est qu’une section de la ville belge d’Ypres. Le nom d’Ypres évoque sans doute plus dans l’imaginaire puisque la ville a donné son nom à l’ypérite, gaz qui fut utilisé pendant cette guerre, et hélas aussi en des temps plus modernes. Le gaz fut utilisé par l’armée allemande durant la bataille d’Ypres de 1915 qui fit au total plus de 100000 morts, blessés ou disparus pour l’ensemble des belligérants. Au cours des « batailles d’Ypres » successives, le nombre total des pertes pourrait avoir atteint le million.

Durant la guerre, Zillebeke fut le théâtre de combats dont on peut dire qu’ils durèrent autant que le conflit lui-même puisque cette région fut proche de la ligne de front de 1914 à 1918. Le décompte exact des soldats français tombés là ne m’est pas exactement connu(1) : environ 1300 selon l’indexation de Mémoire des Hommes, 2122 selon MemGenWeb.

Parmi eux, au moins deux me sont, apparentés. Ils ont été tués en 1914, à quelques jours d’intervalle. Au moins peut-on penser qu’ils ne furent pas victimes de l’ypérite. Pour les deux soldats ci, on n’apprendra guère de la fiche matricule : il s’agit de registres de Valenciennes (Valenciennes-Douai, transféré de Cambrai pour l’un) qui ont été détruits et seules les feuillets de contrôle nous sont parvenus.

Hélas, la consultation des JMO à la date de chaque décès n’en apprend guère plus. Celui du 162è RI, à la date du 10 décembre 1914 fait état de pertes très importantes mais ne cite nomitativement qu’un officier.

K comme zillebeKe

Celui du 151, à la date du 19 décembre, ne donne pas plus d’information sur les combats mais cite les noms des tués et blessés. Outre Pierre Lasser, on cite le nom de Gustave Haussy qui était également de la classe 1914 du recrutement de Valenciennes. Peut-être deux camarades victimes du même obus…

Charles Louis Delval

Cousin issu d’issus de germains de ma grand-mère maternelle. Né le 10 octobre 1892 à Auberchicourt, tué le 10 décembre 1914 à Zillebeke. Soldat de 2è classe au 162è RI. Transcription à Auberchicourt le 15/07/1920

Théophile Pierre Paul Lasser

 

Cousin issu d’issus de germains de ma grand-mère paternelle. Né le 7 juillet 1894 à Rosult. Tué le 19 décembre 1914 à Zillebeke. Soldat de 2è classe au 151è RI. Transcription à Denain le 31/12/1919

1.      En admettant que leur indexation en soit au même point que l’ensemble, on pourrait estimer à environ 2000 ce nombre de soldats français tués à Zillebeke. MemGenWeb indique 179 documents correspondant à 102 personnes pour le département du Nord : on ne peut pas extrapoler, ça donnerait 1200 soit moins que ce qui est déjà identifié par MdH…

Publié dans 14-18, ChallengeAZ, Généalogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article