Kourou, mort d’un bagnard

Publié le par Paddygenéalo

Oui, un autre  bagnard ! Dans la famille, on ne fait pas les choses à moitié : puisque le bagne de Nouvelle-Calédonie était représenté, il fallait bien que celui de Guyane, plus connu, le soit aussi.


A vrai dire, Pierre Joseph Boulanger n’est pas le plus sympathique de mes cousins généalogiques. Bien qu’à peu près contemporain de l’autre bagnard, il n’a avec lui qu’une parenté très lointaine puisque son père est un cousin au septième degré de Louis Delannoy, avec pour ancêtres communs Jean Descarpentries et Jeanne Mazingue, mes sosas 2622 et 2623, de Saméon.


Et autant je trouve assez facilement des circonstances atténuantes à Louis Delannoy, autant le parcours de Pierre Joseph Boulanger est effrayant. Ses sœurs, car aucun de ses frères n’a atteint l’âge adulte, semblent avoir vécu une existence ordinaire, pour leur époque. Lui, en revanche est déjà signalé lors de son passage sous les drapeaux. Sa fiche matricule est édifiante.

 

Kourou, mort d’un bagnard
Kourou, mort d’un bagnard

Certes, elle contient son parcours après sa libérations du service militaire mais dès 1876, alors qu’il est sous les drapeaux, il est condamné à mort ! On pourra objecter que la peine a été commuée à peu près immédiatement, et qu’elle était tout à fait disproportionnée, du moins suivant nos critères modernes, puisqu’il lui était reproché des « destructions d’effets et voies de fait envers ses supérieurs », le tout en temps de paix. Néanmoins, la peine commuée, en décembre 1879,  reste de 20 ans de détention et 20 ans de surveillance de la « Haute Police ».  Il ne purge pas 20 ans puisque le 17 septembre 1889 il est à nouveau condamné, par la cour d’appel de Douai, à trois mois de prison pour … mendicité. On voit tout de même le cercle vicieux : sorti de prison, sans métier, peut-être renié par sa famille, et sans ressource, il est réduit à mendier et cela le renvoie en prison. Ce qui ne va pas le sortir de ses travers : le 12 décembre 1893, il est de nouveau au tribunal et cette fois les faits semblent réellement graves puisqu’il y est condamné pour « coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort »(1), ce qui doit être cependant moins grave que l’indiscipline militaire puisqu’il n’est somme toute condamné qu’à huit ans de travaux forcés.

 

A partir de là, on dispose de son dossier de bagnard, consultable aux ANOM. Il permet de savoir qu’il est entré dans la carrière de la délinquance fort jeune puisque sa première condamnation est  datée de février 1869, à Valenciennes. Il n’a que 15 ans et demi!

 

Kourou, mort d’un bagnard

Cette liste de condamnations est certes édifiante mais du coup, je me demande quand il a bien pu exercer le métier de paveur qui est indiqué dans son dossier.


Quoi qu’il en soit, il embarque pour la Guyane le 5 avril 1894, sur le «Ville de St Nazaire». Il décède à Kourou le 19 décembre de la même année, sans que les circonstances de son décès ne soient précisées.

 

Kourou, mort d’un bagnard

Comme pour mon autre bagnard Louis Delannoy, son décès sera transcrit dans l’état civil de sa commune d’origine, en l’occurrence Saméon. La transcription n’apprend pas grand-chose, sinon le lieu de son décès : l’infirmerie des Roches à Kourou, et il n’y est pas fait mention de son état de bagnard.

Kourou, mort d’un bagnard

Qu’on se rassure, je n’ai pas d’autre bagnard à citer.

  1. Le dossier du bagne, aux ANOM, précise « sans intention de la donner ».
Carte des lieux de ce Challenge AZ

Image de couverture, bagne de Kourou par Arria Belli, CC BY-SA 3.0 <http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/>, via Wikimedia

Publié dans ChallengeAZ, Généalogie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Annick H. 12/11/2020 17:54

En 1887, trois cousins du coté de mon père (tous frères) ont été condamnés à 8 ans de travaux forcés pour vols qualifiés. Ils sont partis en Guyane et n'en sont jamais revenus. A lire les articles de presse, il semble que leur sentence ait été très dure pour les fautes qu'ils ont commises. Leurs actes de décès n'indiquent pas non plus qu'ils étaient bagnards.

Paddygenéalo 12/11/2020 19:46

En effet, ni pour celui ci ni pour l'autre évoqué précédemment, Louis Delannoy, il n'est fait mention dans l'acte de décès transcrit dans leur commune d'origine, ou de domicile au moment de leur condamnation, de leur état de bagnard. Quant à la sévérité des condamnations, elle nous paraît encore plus grande parce qu'elle fut de facto une condamnation à mort.

Diane Jouet 12/11/2020 12:02

Super merci, passez me voir sur mon blog. https://diane-jouet.blogspot.com/