Les oubliés du Séquana

Publié le par Paddygenéalo

J’ai dressé une liste des naufragés du Sequana, initialement à partir de ressources diverses collectées çà et là. Mais ayant pu consulter le jugement rendu à Bordeaux le 12 novembre 1919(1), j’ai finalement une liste en principe complète (il resterait d’éventuels soldats que l’administration militaire aurait oubliés).

Pourtant, parmi ceux qui sont présents sur le jugement de Bordeaux, certains n’ont pas de fiche sur le site « Mémoire des Hommes », ce qui en principe signifie que l’administration militaire n’a pas gardé leur trace, en particulier comme «morts pour la France».

Je suis arrivé à une liste de 12 noms, plus un treizième qui figure dans le registre des sépultures militaires mais ni dans la base « Mémoire des Hommes » ni sur le jugement. Toutefois, il est possible que ces soldats soient référencés dans les bases, mais sous un nom différent. Le cas existe d’ailleurs parmi ceux qui figurent au jugement : il peut y avoir plus d’une fiche pour le même soldat avec des noms plus ou moins similaires. Et c’est un peu pour cela que je les publie ici : je ne suis pas parvenu à les retrouver dans «Mémoire des Hommes» mais peut-être d’autres y arriveront-ils.

La liste des 12 :

4,Alborka
17,Barka,Sissoko
23,Bila,Guigma
25,Bila,Zango
43,Diamiveli,Bari
72,Kouakou,Tloufou
75,Koffi,Kra
77,Konan,Ba
78,Koulobé,Niambéougo
79,Kossam,Divu
171,Touna,Diamoko
178,Yemdaogo,Kerembega
(Numéro au jugement, Nom, Prénom)

 

Liste à laquelle il faut ajouter Anady Sambo Yero, enterré à Saint Pierre d’Oléron qui ne figure pas au jugement et que je n’ai pu non plus localiser dans la base Mémoire des Hommes. On pourrait penser que son corps ayant été retrouvé, un jugement tel que celui de Bordeaux, qui dit de tous les autres qu’ils ont disparu, n’ont donné aucune indication de vie et que l’on doit donc constater leur décès, ne le concerne pas. Pourtant les autres soldats dont la sépulture est connue figurent quand même sur le jugement.

Peut-être aussi les inconnus enterrés à La Rochelle correspondent-ils à l’un ou à l’autre mais les matricules ne correspondent pas. A vrai dire, ces matricules proviennent de relevés faits sur place et peuvent avoir été mal lus ou mal recopiés.

La prochaine étape, si on ne peut raccrocher ces noms à aucune fiche sera de communiquer les manquants à l'ONAC de Caen, en espérant que l’existence du jugement soit un élément suffisant. Après un siècle, j’espère que ce qui a pu, à l’époque, ralentir ou empêcher la reconnaissance «mort pour la France» a disparu.

Le torpillage du Séquana a eu lieu le 17 juin 1917. J’espère donc pouvoir établir une liste complète de ces soldats, et de ces soldats reconnus morts pour la France, avant le 17 juin 2017. Il nous reste donc un peu moins de deux ans.

 

(1) A propos du jugement de Bordeaux: remerciements à Christophe, webmestre de Mémoire des Hommes (on notera toutefois qu'il ne détient pas de tels documents). Et on en profiera pour le remercier de sa réactivité en général que les participants à l'indexation collaborative ont pu souvent vérifier.

Page 1 du jugement du 12/11/1919 à Bordeaux

Page 1 du jugement du 12/11/1919 à Bordeaux

Publié dans Le Séquana

Commenter cet article