Le cousin de Macron

Publié le par Paddygenéalo

Lors de l’élection précédente, je n’étais pas assez versé dans la généalogie pour être sensible à l’agitation concernant un éventuel cousinage avec les candidats puis avec le nouvel élu. Cette fois, j’ai suivi cela avec curiosité, et agacement.

Evacuons tout de suite ce second point. Oui, il est pénible de voir ces généalogistes patentés et plus ou moins médiatiques sortir telle ou telle filiation royale. C’est sûr, ça fait parler d’eux mais ça n’a rien à voir avec la généalogie que pratiquent la plupart de ceux qui s’y adonnent, en amateur. Certes, voir les Le Pen cousiner avec le prophète Mohamed est croustillant. Evidemment, relier Macron aux Capet est assez vendeur. Mais enfin, quiconque s’est essayé à la généalogie sait qu’il est quasiment impossible de remonter au-delà du XVIè pour les gens du peuple. Alors, on se raccroche aux notables, voire aux nobles, qui ont laissé un peu plus de traces. Et souvent, pour y parvenir, on accumule impasses et approximations.

Certes, tout le monde finira par se trouver une branche de notables, et de nobles car il n’y a pas de barrière nette entre petite noblesse et bourgeois locaux. De là à rejoindre les lignées royales…Et encore faut-il éviter les pièges comme celui que j’avais évoqué ici avec une branche de mon arbre où certains, après s’être enrichis, s’étaient offert un arbre généalogique leur apportant quelques quartiers de noblesse.

Les pros de la généalogie médiatique sont sans aucun doute en train de préparer leurs articles qui exposeront les « racines » du nouveau président. Des teasers ont commencé à circuler, faisant état de bonnes vieilles branches paysannes picardes, d’ancêtres plus urbains aussi. Rien de bien surprenant, c’est semblable à ce que tout un chacun trouve en cherchant un peu. Evidemment, on peut supposer que ceux qui publieront ces articles ont d’autres ressources et pourront s’appuyer sur une bibliographie riche, des moyens d’accès aux documents, et surtout du temps puisqu’ils sont professionnels, eux.

L’amateur se raccrochera au petit bout de la lorgnette.

Hier, j’ai été attiré par une petite phrase trouvant à Emmanuel Macron des liens avec Douai et Arleux. Diable, c’est chez moi, çà! L’ancêtre serait un certain François Antoine Le Vaillant des Buissons et effectivement on le trouve sur Geneanet, mais sans le lien clair avec Macron ou avec ses ancêtres déjà établis par la généalogie que l’on peut trouver sur Geneastar. Admettons donc que ceux qui ont publié l’information ont des sources à peu près vérifiées.

Evidemment, on est là au début du XVIIè siècle, c’est-à-dire aux limites des informations fiables accessibles à distance. Après, il faut aller aux archives départementales ou acquérir les publications des associations à l’ancienne. Désolé, je n’ai pas les moyens de cotiser ou d’acheter vos si chers bouquins. Il faudrait pour cela un budget considérable.

Baptême aux archives de Douai

Baptême aux archives de Douai

Admettons donc que ce Le Vaillant des Buissons est bien un ancêtre du nouveau président. De Douai, il est aussi d’Arleux, et porte plusieurs titres : écuyer, bailli de la Ville Terre et Seigneurie d’Arleux, prévost d’Arleux (1). Il est né en 1613 et a été baptisé à la paroisse Saint Pierre de Douai, a épousé en 1637 Hélène de Bergues puis en 1652 à Douai(2) Magdelaine Taisne, fille de bourgeois de Douai(3). Ah oui, j’ai des Taisne dans mon arbre mais impossible de les relier à ceux-là(4).

C’est ici que je vais m’avancer, sans évidemment rien démontrer. J’ai plusieurs ancêtres contemporains de ce Levaillant qui sont passés par Douai. En particulier Pierre Cliquet et Jeanne Desmaretz, mariés à la paroisse Notre Dame en 1642(5). Douai était alors un centre commercial et administratif important, notamment siège d’une faculté qui a produit les nombreux avocats que l’on retrouve aussi inscrits à Tournai(6).  

Baptême aux archives de Douai

Baptême aux archives de Douai

Ce Pierre Cliquet, ou Clicquet, est père de Roland et fils de Michel : il ne figure pas dans la généalogie des Clicquet parue dans « Souvenirs de la Flandre Wallonne » paru au XIXè siècle et disponible sur Gallica. Faisait-il vraiment partie de cette famille ? Dans la mesure où ces Cliquet appartiennent à ma branche où se trouvent des notables(7) de la région, le lien avec les autres Clicquet est probable, même si l’établir est peut-être impossible.

Mais l’ancêtre de Macron alors ? Nouvelle hypothèse osée : ces Levaillant étaient forcément alliés par des mariages aux autres familles de notables du douaisis qu’on retrouve à la fois dans la cité de Gayant et dans les communes voisines. A Douai pour certains évènements comme des mariages, entre notables bien entendu, et à la campagne aussi car ils sont souvent fermiers, c’est-à-dire plus rentiers touchant un fermage que véritables paysans.

Donc, par un raccourci aussi osé et approximatif que ce qu’on trouve dans de nombreux arbres Geneanet(8), je fais la proposition suivante : ces Levaillant, ancêtres de Macron, et d’autres notables, mes ancêtres, étaient alliés. Et hop, nous sommes cousins.

Et pourquoi m’arrêter en si bon chemin ? Car les Clicquet ont un autre cousin célèbre dans l’histoire de France, avéré celui-là, il s’agit de Maximilien de Robespierre(9).

Et voilà comment Macron est le cousin de Robespierre(10). Qu’il s’en souvienne !

 

NB Au cas où je n’aurais pas été assez explicite : rien n’est avéré, ce ne sont que des hypothèses.

Carte du douaisis

  1. Attention, je n’ai pas vérifié.. Plusieurs arbres Geneanet donne la même information mais impossible de savoir si l’un est la source de l’autre et si au moins l’un deux s’est appuyé sur une source originale. Un indice positif est que ces arbres n’exposent pas d’ancêtres plus lointains qui seraient peut-être fantaisistes.
  2. Les arbres consultés ne citent pour la plupart pas le lieu de ce mariage. Si c’est bien Douai, probablement paroisse Saint Pierre, le registre est perdu pour la période concernée.
  3. On pourra consulter sur Gallica les « Souvenirs de la Flandre Walonne » paru aux XIXè siècle où on trouve trace de cette famille (les auteurs ont manifestement consulté les documents originaux).
  4. Taine ou Taisne, les miens sont laboureurs à Ecaillon
  5. Le contrat de mariage peut être consulté dans un forum du site GenNPdC qu’on ne saurait trop recommander. L’acte de mariage utilise la graphie Clicquet.
  6. Par exemple Julien Druon Clicquet, diplômé de l’Université de Douai, reçu à Tournai le 6 juin 1704 ou encore Pierre Briffault (celui là est un « cousin ») lui aussi de l’Université de Douai et reçu à Tournai le 13 janvier 1696 et il y a aussi un Taisne probablement lié à Magdelaine Taisne citée plus haut (ADN 8B 2 / 57)
  7. Mais pas que des notables, bien sûr
  8. Mais que je me garderai bien de reporter dans le mien
  9. Ce « de » n’est pas du tout une marque de noblesse mais un usage d’époque. L’arbre geneanet est assez peu fourni mais sa racine est déjà au XVIIIè siècle. En revanche, je n’ai pas établi le lien avec mes Clicquet..
  10. Faut-il le préciser, rien n’est ici démontré ! Toutefois, ce cousinage n’est pas impossible… On espérera donc que les potentiels gènes communs entre « l’incorruptible » et l’amiénois soient ceux qui s’exprimaient en 1789 plutôt que ceux de 1793.

Publié dans Généalogie

Commenter cet article